kirino-natsuo-le-vrai-mondeLe vrai monde, Natsuo Kirino, trad. Vincent Delezoide, Seuil, 2010.

Glaçant.

Le Lombric. C'est le surnom charmant que Toshiko a donné à son voisin boutonneux. Les ados ont de ces délicatesses, au Japon aussi.

Oui mais ce grand Lombric tout mou devient carrément intéressant le jour où il part en cavale après avoir massacré sa mère à coups de batte.

A quel point faut-il qu'une société soit malade pour fabriquer des jeunes aussi froids, tordus, paumés ?

Ce grand con de Lombric, pas même réellement conscient de son acte. Pas le genre Mal Absolu, grande Ame Noire ni possédé par le Démon. Juste un pauvre type qui n'aura existé que le temps de son crime immonde.

Toshi-shan, Terauchi, Yuzan et Kirarin, quatre lycéennes ni pires ni meilleures que les autres, aux prises avec leur adolescence, leurs amours, leurs petites ou grandes blessures, la pression de la réussite scolaire, leurs parents distants, fatigués, névrosés.

L'histoire est racontée à tour de rôle du point de vue de chacun de ces personnages, et c'est avec un talent bluffant que Kirino fait exister chacun d'eux, plonge le lecteur dans ces esprits qui basculent dans un "autre monde" par rejet d'une existence normée, imposée, étouffante et vide de sens. Des enfants de notre monde.

Et ça fait peur.