Besoin d'évasion ?

SG

Eh ben oui, des fois on a juste envie de partir en voyage, loin du mooonde et de ses turpituuudes...

Dans ces moments-là, si on a un peu de chance, on tombe sur

Un peu de fantasy pour le plaisir

Je continue les récréations. J'avais besoin d'un machin addictif qui se lise facilement. Et de faire une petite pause polar. J'ai essayé Scott Lynch et Les salauds gentilshommes, le tome 1 : Les mensonges de Locke Lamora. Juste ce que je recherchais. Dans la belle ville de Camorr, comme dans beaucoup d'autres endroits, mieux vaut être...

http://actudunoir.wordpress.com

ça.

Et du coup, fiouu ! On plonge. Dans Les mensonges de Locke Lamora, pour commencer.

Et dans les eaux troubles (forcément) des canaux de Camorr, la cité-état aux airs de ville italienne de la Renaissance. Avec son Duc, sa noblesse, ses bourgeois... et ses truands. En bandes organisées, sous la coupe du Capa. Mais aussi ses Alchimistes et Magiciens...

Voilà pour l'univers, l'ambiance. Mélange réussi de fantasy, de cape et d'épée, et de pas mal d'humour.

Le héros, c'est Locke Lamora, petit malin membre de la bande des Salauds Gentilhommes, mixtures d'Arsène Lupin et de Scaramouche, véritables artistes de l'arnaque et des coups improbables. Bardé de ses comparses et sous la coupe d'un faux prêtre, il multiplie les escroqueries les plus audacieuses au mépris de toutes les lois, y compris celles de la pègre. D'où une série d'embrouilles qui menacent de tourner au vinaigre...

On suit en parallèle l'histoire de la jeunesse et de l'initiation de ce jeune prodige de la mistoufle.

On ne s'ennuie pas souvent, c'est assez palpitant, les personnages déploient un impressionnant éventail de jurons imagés, et on prend plaisir à se laisser un peu surprendre par les rebondissements et coups de théâtre.

Le second tome, Des horizons rouge sang, nous emmène sur les mers aux côtés de sacrés pirates (mâles et femelles).

Quant au troisième, où il est question de coups fourrés destinés à truquer des élections sur une île de super magiciens, j'avoue que j'ai un peu calé. Ca finit par lasser à force, ces surenchères de coups toujours plus tordus, et de billard à cinq ou six bandes (de voleurs). Et puis, de ce côté-là, on a ce qu'il faut dans le monde réel.

En conclusion : à consommer volontiers à condition d'éviter les doses trop fortes.