414aHGs5iALLemmer l'invisible, Deon Meyer, trad. Estelle Roudet, Seuil, 2008.

Visiblement, une réussite.

Lemmer est taciturne. Il vit dans un trou perdu. Mais s'il est "invisible", c'est qu'il appartient à cette catégorie de gardes du corps qui ne paient pas de mine, mais qui n'en sont que plus efficaces.
C'est à ce titre qu'il est chargé par sa boîte de protéger la riche et petite et jolie Emma le Roux qui est persuadée qu'on en veut à sa vie après qu'elle a reconnu son frère disparu en la personne du principal suspect d'un massacre de braconniers dans une réserve naturelle d'Afrique du Sud.

Lemmer l'invisible est une nouvelle réussite -brillante- de Deon Meyer, qui est décidément l'un des grands auteurs actuels de romans noirs. On ne retrouve pas les personnages des précédents livres de Meyer, mais on découvre avec plaisir Lemmer, à la fois redoutable et mystérieux, avec un plaisir certain.

Le récit est impeccablement mené, l'équilibre entre enquête, action et tension psychologique est parfait.

Et puis on découvre un nouvel aspect de l'Afrique du Sud, qui devient plus fascinante à chaque fois. Là, on part dans le veld (le bush), les immenses parcs naturels, les tribus de la brousse et les Afrikaners pur sucre. En fond, bien évidemment, la peinture d'un pays qui digère (mal) son histoire.

Franchement, je ne saurais trop vous recommander de vous jeter sur dernier Deon Meyer (comme un lion sur un impala).